Nigeria: Boko Haram sème la terreur dans les villes conquises

31082014

Par AFP, publié le 31/08/2014 à 21:23, mis à jour à 21:23

Kano (Nigeria) – « Ils tuent les gens comme des poulets »: les militants du groupe islamiste nigérian Boko Haram sèment la terreur dans les villes qu’ils ont conquises cette semaine, selon des témoignages d’habitants qui ont fui par milliers au Cameroun.

Nigeria: Boko Haram sème la terreur dans les villes conquises

Capture d’écran réalisée le 24 août 2014 d’une vidéo diffusée par le groupe islamiste nigérian Boko Haram montrant son leader Abubakar Shekau afp.com
C’est le cas notamment à Gamboru Ngala, une ville du nord-est frontalière du Cameroun, dont les combattants islamistes se sont emparés totalement jeudi, à l’issue de plusieurs jours de combats contre les forces de sécurité et d’échanges de tirs avec l’armée camerounaise.La localité a depuis été la cible samedi soir d’un bombardement aérien dont l’origine restait inconnue dimanche, a appris l’AFP de sources sécuritaires camerounaises. »Il y a sans doute beaucoup de morts« , a estimé un policier camerounais de Fotokol (extrême-nord du Cameroun), située en face de la ville nigériane, sans pouvoir préciser si le bombardement a été effectué par l’aviation nigériane ou camerounaise.La ville semble avoir été vidée de la plupart de ses habitants, d’abord massacrés par Boko Haram, puis forcés de quitter la ville par les islamistes.

Des milliers sont arrivés au Cameroun voisin.

« Ils ont commencé par des meurtres ciblés puis cela s’est transformé en massacres« , a raconté un habitant, Sidi Kyarimi, qui s’est réfugié vendredi à Fotokol, comme plusieurs milliers d’habitants et de nombreux soldats, selon des témoignages.

Parmi les victimes des tueries figurent le plus haut dignitaire musulman de la ville ainsi que le responsable des syndicats, a affirmé M. Kyarimi.

« Ils menacent de tuer quiconque refuse de quitter la ville. Ils affirment que ce n’est pas chez nous« , a-t-il dit.

Les islamistes parcourent les rues, ils tirent sur les habitants, ils les abattent à la machette, a témoigné Yousouf Sanda, qui s’est également réfugié à Fotokol.

« Au départ, ils avaient dit que les habitants étaient libres de partir ou de rester, mais maintenant ils disent que tout le monde doit partir parce que c’est un califat islamique« , a raconté M. Sanda, évoquant aussi un pillage généralisé.

Dimanche, le journal nigerian This Day, citant une source anonyme, affirmait que l’armée avait repris Gamboru Ngala. Mais le ministère de la défense à Abuja, contacté par l’AFP, n’a pas confirmé cette information.

Le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, avait déclaré placer sous le règne du «  »califat islamique » la ville de Gwoza, située dans la même région, dans une vidéo diffusée dimanche dernier.

Cette vidéo a de nouveau attiré l’attention sur Boko Haram, qui pourrait s’inspirer de l’Etat Islamique en Irak et en Syrie, selon des experts, tout en gardant son indépendance.

Boko Haram a lancé une insurrection armée en 2009, revendiquant la création d’un Etat islamique strict dans le nord du Nigeria, majoritairement musulman, voire dans tout le pays.

- Des chrétiens décapités - 

Le mouvement semble avoir franchi une nouvelle étape ces derniers mois, passant d’actions de guérilla dans le Nord-Est, assortis d’attentats suicides spectaculaires dans les grandes villes, à une logique de conquête de territoires.

Le groupe islamiste contrôle désormais trois districts de l’Etat de Borno, ainsi qu’au moins un district dans deux Etats voisins, Yobe et Adamawa.

L’armée a réaffirmé que « la souveraineté et l’intégrité » du territoire nigérian étaient « intactes« , sans guère convaincre.

D’autres témoignages ont fait état d’atrocités ces derniers jours à Madagali, une ville majoritairement chrétienne de l’Etat d’Adamawa capturée cette semaine.

« Des hommes chrétiens ont été abattus et décapités, des femmes forcées de se convertir à l’islam et mariées à des terroristes« , a affirmé le père Gideon Obasogie, porte-parole du diocèse de Maiduguri.

« Les +Haramistes+ occupent les maisons des chrétiens qui ont fui et ils ont promulgué la charia, la loi islamique stricte« , a-t-il déclaré.

Ces informations n’ont pas pu être recoupées par d’autres sources, en raison du mauvais fonctionnement des télécommunications dans cette région isolée et de l’exode des habitants.

Dans une vidéo en mai, Abubakar Shekau avait revendiqué l’enlèvement de plus de 200 lycéennes à Chibok (Etat de Borno), annonçant qu’elles seraient converties à l’islam et mariées de force.

L’insurrection de Boko Haram et sa répression féroce par les forces de sécurité ont fait au moins 10.000 morts depuis cinq ans, dont 4.000 depuis début 2014, selon Amnesty International.

Par Nigeria: Boko Haram sème la terreur dans les villes conquises fpa




Ukraine : des Français prennent les armes pour la Russie

31082014

Le Point .fr: http://www.lepoint.fr/monde/ukraine-des-francais-prennent-les-armes-pour-la-russie-31-08-2014-1858753_24.php

Quatre Français, âgés de 25 ou 26 ans, sont partis rejoindre cet été les séparatistes pro-russes qui combattent dans l’est de l’Ukraine. Qui sont-ils ?

Un séparatiste pro-russe à Donetsk, bastion rebelle dans l'est de l'Ukraine, le 22 juillet 2014.

 Séparatiste pro-russe à Donetsk, bastion rebelle dans l’est de l’Ukraine,©BULENT KILIC /AFP

Victor, Guillaume, Michael et Nikola assurent être « prêts à mourir pour les valeurs de la Russie ».

Les quatre jeunes Français, qui se sont rencontrés sur Facebook, ont intégré les rangs des séparatistes pro-russes combattant dans l’est de l’Ukraine.

Ils ont raconté à Libération et au Monde (article réservé aux abonnés) leur parcours et les raisons de leur engagement.

En juin, les quatre comparses, après avoir atterri à Moscou, se sont rendus à Rostov-sur-le-Don, dans le sud de la Russie, principale base arrière de la rébellion séparatiste.

Ils voulaient voir comment ils pouvaient « venir aider le Donbass », la région minière rebelle de l’est de l’Ukraine.

Deux mois plus tard, les quatre jeunes hommes ont finalement réussi à passer dans l’est de l’Ukraine, non sans mal.

Le 20 août, ils arboraient l’uniforme des bataillons de la République populaire autoproclamée de Donetsk, rapporte Francetvinfo.

Selon Libération, ils sont membres du bataillon Vostok (« Est » en russe), dirigé par un Russe qui donne ses ordres depuis la Russie.

Tout a commencé pour eux à Belgrade, où les quatre hommes ont fondé en janvier « le mouvement ultranationaliste nommé Unité continentale ».

Déçus de l’armée

Même si l’organisation ne dispose « pour l’instant » que d’une page Facebook, elle nourrit l’ambition d’envoyer au Donbass une « brigade continentale ».

Le Monde souligne que « quelques Allemands, des Espagnols, des Tchèques et des Norvégiens les ont déjà rejoints ».

« Unité continentale » entend préparer l’arrivée d’autres Français en Ukraine, assurant avoir déjà une vingtaine de candidats.

Selon Victor, l’idéologue du groupe, « la troisième guerre mondiale a déjà commencé. C’est un conflit local dans un conflit global. » « Quand on aura rempli cette mission, on repartira d’ici », ajoute Nikola Perovic.

Comme Victor, ce dernier est un ancien militaire. Franco-Serbe, il a passé cinq ans dans le 13e bataillon de chasseurs alpins, où il a fini caporal-chef. Il était basé en Afghanistan.

À Donetsk, il assure être devenu instructeur et, grâce à sa connaissance du serbe et un coup de pouce de Google, avoir traduit en russe des manuels de l’armée française (quoique les deux langues, comme le précise Libération, sont très différentes).

Victor Lenta est aussi un déçu de l’armée française, au sein de laquelle il a passé cinq ans comme caporal du 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine.

À son tableau de chasse : l’Afghanistan, la Côte d’Ivoire, le Tchad. « J’ai vu que nous ne sommes que les supplétifs des États-Unis et de l’Otan.

Ce n’était pas pour ça que je m’étais engagé », déplore-t-il dans les colonnes de Libération.

Même amertume du côté de Nikola : « Je suis entré en tant que patriote et, au final, je me suis rendu compte que ce pays ne s’occupait pas de ceux qui le servaient. Au retour, c’est chacun de son côté. Le militaire du rang reçoit une médaille et puis salut… Parmi mes anciens copains, il y a ceux qui sont tombés dans l’alcool et la drogue. L’armée française manque de reconnaissance pour ses soldats. »

Des « nationalistes avec un zeste de socialisme révolutionnaire »

Le profil des deux autres membres d’ »Unité continentale » est plus inattendu. Michael, « le prolétaire » du groupe, est un ancien salarié de Carrefour qui s’est d’abord engagé en faveur du régime syrien.

Il s’est rendu sur place pour distribuer des jouets aux enfants. C’est sur Facebook qu’il a rencontré ses nouveaux compagnons.

Quant à Guillaume, licencié en histoire, il assure qu’il « ne fait pas la guerre pour la guerre », mais pour ses convictions.

Car ce sont bien elles qui semblent rapprocher les quatre hommes. Des convictions politiques plus que religieuses.

« La religion n’est pas le dénominateur commun de nos choix », précise Victor, avant d’ajouter : « La manif pour tous a été le mai 68 de la droite, et nous sommes tous de droite.

 » Deux des quatre hommes sont en effet orthodoxes, l’un est catholique et le dernier se dit athée.Si Michael et Nikola ont des contacts avec diverses organisations radicales, sans engagement formel, les deux autres affichent un engagement à l’extrême droite plus marqué.

Selon Le Monde, Victor a codirigé les Jeunesses identitaires à Toulouse, participé au développement de la section locale des Jeunesses nationalistes et est « proche du Lys noir, un groupuscule putschiste prônant un coup d’État militaire ».

Guillaume est quant à lui sympathisant à la fois des Jeunesses identitaires et du Parti de la France, et membre du mouvement skinhead Troisième voie.

« Entre le consumérisme occidental et les traditions de l’Est, nous avons fait un choix. Nous sommes des nationalistes avec un zeste de socialisme révolutionnaire », explique Victor à Libération. Sur TF1, il précise sa vision des choses : « Ici, c’est deux visages l’Europe qui s’affrontent, celui de l’UE, de l’ultralibéralisme, de l’impérialisme américain, du mariage gay, de l’athéisme, contre l’Europe de Russie, celle de la famille traditionnelle et des valeurs saines. »

Car les quatre combattants ne comptent pas s’arrêter là. « Si on est toujours en vie, une fois cette guerre finie, on ira aider les chrétiens d’Irak et dessouder de l’islamiste », conclut Nikola.




Ebola: cinq chercheurs meurent du virus avant la parution de leur étude

31082014

Par LEXPRESS.fr, publié

Ils cherchaient à déterminer l’origine de l’épidémie. Cinq chercheurs sont décédés avant la parution de l’article, jeudi dans la revue scientifique Science. Un dernier est décédé après.

Ebola: cinq chercheurs meurent du virus avant la parution de leur étude

Six chercheurs décèdent en travaillant sur le virus Ebola afp.com/Carl de Souza

Ils ont payé un lourd tribut. Une équipe de chercheurs ayant travaillé sur l’origine de l’épidémie Ebola a elle-même été contaminée.

Cinq d’entre eux sont décédés des suites du virus avant même la parution de leur étude, jeudi dans le magazine Science.

« Nous faisons face à une dure bataille et avons perdu de nombreux amis et collègues dont l’un des principaux co-auteurs de l’étude, le Dr Humarr Khan », a déploré Pardis Sabeti, professeur adjoint à Harvard, un autre des co-auteurs.

Le New York Times trace un court portrait de chacun des cinq chercheurs, qui travaillaient tous dans un hôpital de Sierra Leone. Un sixième est décédé après la parution de l’article.

L’équipe, composée d’une soixantaine de personnes, cherchait à identifier le « patient zéro » en Sierra Leone de cette épidémie qui a déjà causé plus de 1550 décès.

Les premières infections en Sierra Leone pourraient avoir eu lieu lors des funérailles d’une guérisseuse, à Koindu, rapporte le New York Times.

Cette dernière aurait elle-même été infectée par deux variantes de ce même virus. Quatorze femmes ayant assisté à la cérémonie ont été contaminées.

Ebola tue un bien plus grand nombre de femmes que d’hommes (75% des victimes sont des femmes au Liberia), explique un passionnant article de Buzzfeed, principalement parce qu’elles prennent traditionnellement soin des malades.

Comprendre l’épidémie pour trouver un traitement

Ces travaux pourraient aussi permettre de déboucher sur des traitements contre ce virus.

Alors que les précédentes épidémies, qui étaient très limitées, avaient résulté de multiples contacts avec des réservoirs viraux dans la nature, dont notamment les chauves-souris frugivores, celle qui sévit actuellement a probablement commencé par une seule de cette contamination, suivie par de multiples infections inter-humaines, expliquent ces virologues.

Avec Ebola: cinq chercheurs meurent du virus avant la parution de leur étude fpa

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/ebola-cinq-chercheurs-meurent-du-virus-avant-la-parution-de-leur-etude_1571470.html#qUe3eZtOX0DOJofE.99




Gaza : le chef de l’ONU se félicite de l’annonce d’un cessez-le-feu illimité

27082014

 

Gaza : le chef de l'ONU se félicite de l'annonce d'un cessez-le-feu illimité UNI167587

Un enfant palestinien blessé à Gaza. Photo UNICEF/D’Aki

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, s’est félicité mardi de l’annonce faite aujourd’hui d’un cessez-le feu illimité à Gaza, qui a été négocié sous l’égide de l’Egypte.

« Un avenir meilleur pour Gaza et Israël dépend d’un cessez-le feu durable.

C’est aux parties d’être à la hauteur de cette responsabilité. Après la dernière vague meurtrière et les nouvelles destructions de maisons palestiniennes, les civils des deux côtés ont besoin d’un répit pour reprendre leur vie quotidienne, et pour permettre aux efforts humanitaires et de reconstruction de répondre aux besoins criants de la population de Gaza », a dit le porte-parole du Secrétaire général dans une déclaration à la presse.

« Les enfants de Gaza et d’Israël doivent être en mesure de commencer l’année scolaire sans le son des alarmes annonçant des roquettes et celui des frappes aériennes.

Après 50 jours de profonde souffrance humaine et de destructions dévastatrices, toute violation du cessez-le-feu serait tout à fait irresponsable », a-t-il ajouté.

Selon le Secrétaire général de l’ONU, « tout effort de paix qui ne s’attaque pas aux causes profondes de la crise préparera un peu plus le terrain pour le prochain cycle de violence.

Gaza doit être de nouveau sous l’autorité d’un gouvernement palestinien légitime qui respecte les engagements de l’OLP ; le blocus de Gaza doit cesser ; les préoccupations légitimes d’Israël en matière de sécurité doivent être abordées. L’Organisation des Nations Unies est prête à soutenir les efforts pour s’attaquer aux causes structurelles du conflit entre Israël et Gaza ».

« Le Secrétaire général continue d’espérer que la trêve prolongée agira comme un prélude à un processus politique comme seul moyen de parvenir à une paix durable.

La solution à deux Etats est la seule option viable.

Le Secrétaire général lance un appel urgent aux deux parties à revenir à de véritables négociations en vue d’un accord sur le statut final qui aborde toutes les questions fondamentales et mette fin à l’occupation de 47 ans », a encore dit le porte-parole.




L’OMS prône une interdiction de la vente de cigarettes électroniques aux mineurs

27082014

L'OMS prône une interdiction de la vente de cigarettes électroniques aux mineurs 02-14-Youth-Migrants

L’OMS estime que la consommation de cigarettes électroniques pose de « graves menaces » pour les adolescents. Photo OIM

Dans un rapport publié mardi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande d’interdire la vente de cigarettes électroniques aux mineurs. L’agence onusienne estime que leur consommation pose de « graves menaces » pour les adolescents et les foetus.

Selon ce rapport, les experts se sont également prononcés pour une interdiction de l’usage de ces inhalateurs électroniques de nicotine dans les lieux publics fermés « surtout là où il est interdit de fumer, jusqu’à ce qu’il soit prouvé que la vapeur exhalée n’est pas nocive pour les tiers ».

L’OMS affirme qu’il existe suffisamment de preuves pour mettre en garde les « enfants, adolescents, femmes enceintes et femmes en âge de procréer » sur les conséquences à long terme que peut avoir la consommation de cigarettes électroniques sur « le développement du cerveau ».

Dans le rapport, l’OMS demande aussi aux gouvernements « d’éliminer les distributeurs automatiques presque partout ».

De façon générale, l’OMS insiste sur les données existantes qui montrent que l’aérosol produit par les inhalateurs électroniques de nicotine, dont les cigarettes électroniques sont le prototype le plus fréquemment utilisé, « n’est pas simplement de la vapeur d’eau comme le prétendent souvent les stratégies de marketing de ces produits ».

L’utilisation de ces dispositifs présente un danger grave pour l’adolescent et le foetus, selon le rapport de l’OMS.

Les inhalateurs électroniques de nicotine sont des dispositifs qui ne brûlent pas et n’utilisent pas de feuilles de tabac pas mais qui produisent un aérosol inhalé par l’utilisateur. Les inhalateurs électroniques de nicotine diffusent un aérosol par chauffage d’une solution que l’utilisateur inhale.

Le principal composant de l’aérosol, outre la nicotine lorsque celle-ci est présente, est le propylène glycol, auquel peuvent s’ajouter du glycérol et des aromatisants.

L’OMS estime qu’en 2014, il existait 466 marques d’inhalateurs électroniques de nicotine, et qu’en 2013, 3 milliards de dollars ont été dépensés dans l’ensemble du monde pour ces produits. Les ventes devraient être multipliées par 17 d’ici à 2030.

Les recommandations de l’OMS ont été publiées en vue de la sixième session de la Conférence des parties à la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac qui aura lieu du 13 au 18 octobre à Moscou.




Syrie: les frappes américaines restent en suspens

26082014

par RFI

media

 

 Barack Obama lors d’une conférence de presse, le 18 juillet 2014.REUTERS/Larry Downing

A son retour de vacances, Barack Obama a retrouvé sur son bureau un agenda chargé, notamment en matière de politique étrangère où les situations explosives se multiplient de l’Ukraine à l’Irak en passant par Gaza et la Libye. La Maison Blanche a fermement rejeté une proposition syrienne de coordoner la lutte contre l’EI.

 

Avec notre correspondant à Washington,Jean-Louis Pourtet

Depuis  la décapitation du journaliste James  Foley qui a horrifié l’Occident, les pressions s’accentuent sur Barack Obama pour qu’il ordonne des frappes aériennes en Syrie, à Raqqa notamment, où les jihadistes ont leur quartier général.

Son porte-parole, Josh Earnest a  toutefois annoncé hier qu’il n’avait pas encore pris de décision. Il préférerait former une coalition avec les Européens qui sont tout aussi menacés que les Américains et avec d’autres pays arabes alliés.

Par une de ces étranges ironies de l’histoire, le ministre des Affaires étrangères syrien, Wallid al-Mouallem a dit que la Syrie était prête à coopérer avec les Etats-Unis, si ceux-ci lui demandaient l’autorisation de survoler son territoire : une telle éventualité a été rejetée avec force par la porte-parole du département d’Etat, Marie Harft aussi bien que par celui du Pentagone, le contre-amiral Kirby :

« Nous n’avons aucune intention de coordonner avec la Syrie ou l’EI. Je le répète, il n’y a aucun plan pour des discussions en profondeur avec le régime Assad sur ce que nous pourrions faire ou ne pas faire en Syrie. »

On en saura peut-être un peu plus sur les intentions de Barack Obama, lorsque celui-ci s’adressera aujourd’hui aux anciens combattants qui tiennent leur réunion annuelle à Charlotte, en Caroline du Nord.

Des drones pour préparer le terrain

Si les frappes aériennes ne sont pas encore annoncées, les Etats-Unis sont sur le point d’envoyer des avions-espions  et des drones au-dessus de la Syrie pour repérer les jihadistes ultra-radicaux et préparer le terrain. C’est ce qu’a indiqué un haut responsable américain à l’AFP lundi.

Selon ce responsable, les appareils auront pour tâche d’aider le Pentagone à avoir une meilleure vue d’ensemble des positions des combattants de l’Etat islamique (EI).

Le Wall Street Journal a été le premier à publier cette information lundi et a précisé que les vols devraient « bientôt » commencer.




Centrafrique: violents combats entre factions de la Seleka à Bambari

26082014

Par RFI

media

Vue de locaux de la Seleka, à l’entrée de Bambari, le 19 avril 2014AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA

De violents affrontements opposent depuis ce lundi 25 août dans l’après-midi, deux factions de la Seleka dans la ville de Bambari (centre du pays).

Une altercation entre des membres des deux groupes, pour le contrôle des barrières aux sorties de la ville serait à l’origine de ces combats meurtriers.

Ceux qui se sont affrontés sont des partisans du général Ali Darass, qui était jusqu’à l’arrivée de l’état-major de la Seleka le maître de Bambari.

En face, d’autres membres de la Seleka : les partisans du général Joseph Zoundéko, le chef d’état-major venu s’installer sur place après le congrès de Ndélé au mois de mai dernier.

C’est apparemment une altercation entre des membres des deux groupes, pour le contrôle des barrières aux sorties de la ville qui a servi de déclencheur.

Evidemment les deux groupes se rejettent la responsabilité du dérapage.

Des tirs à l’arme légère et à l’arme lourde ont en tout cas été entendus par les habitants dès hier après-midi. Ils ont repris ce matin, en dépit d’une médiation tentée par la communauté musulmane de Bambari et l’ONG Pareto.

Un officier de la Seleka a indiqué être arrivé de Bria ce matin avec quelques dizaines de combattants pour aider à la défense de l’état-major.

Le bilan de ces affrontements est difficile à établir avec exactitude. Un officier de la Misca (force africaine), a déclaré à l’Agence France-Presse que les combats auraient fait 17 morts au sein de la Seleka.

L’hôpital de Bambari, joint par RFI, dit pour sa part avoir reçu vingt blessés, tous par balles. L’un d’eux aurait succombé à ses blessures.

Les tirs ont aussi, semble-t-il, fait des victimes dans les quartiers de Bambari mais il est difficile de savoir combien pour l’instant.




Les Jeux d’hiver ont pris fin il y a six mois … Sotchi est une ville fantôme

25082014

Les Jeux d'hiver ont pris fin il y a six mois ... Sotchi est une ville fantôme d5bfc8927d4b57e23cdb5cd625c3a82bc6c8696d

- Patinoire – Jung Yeon-Je

Les Jeux olympiques d’hiver à Sotchi en Russie se sont achevés il y a six mois, et selon le photographe russe Alexander Belenkiy, la station de ski de Rosa Khutor, l’un des sites principaux des Jeux, est maintenant totalement déserte.

 Rosa Khutor, située à proximité de la ville alpine de Krasnaya Polyana, était la base pour les disciplines montagnardes telles que le ski et le snowboard. On y avait construit l’un des villages olympiques.

Selon Belenkiy, la ville est «sans vie» et les restaurants, hôtels et commerces ne fonctionnent qu’à 5% de leur capacité. Dans les rues, il n’a rencontré qu’un tout petit nombre de touristes.

Les Jeux d’hivers de Sotchi ont également été marqués par la corruption généralisée et les gaspillages. Bien que le nombre de compétitions qui ont eu lieu à Sotchi ne représentaient que le tiers du nombre de celles qui ont été organisées lors des Jeux olympiques d’été de Pékin de 2008, elles ont coûté 4 fois plus.

La version russe du magazine Esquire s’est amusée à calculer que les 8,7 milliards de dollars que les Russes ont consacrés à la liaison routière et ferroviaire entre Adler et Krasnaya Polyana, des villes distantes de seulement 50 kilomètres, auraient pu suffire pour « paver » sa surface d’une épaisse couche de Caviar Beluga.

Six mois plus tard, Sotchi ressemble à ceci:

Belenkiy1

Belenkiy2

Belenkiy7

Belenkiy3

Belenkiy5

Belenkiy6

Pour découvrir d’autres photos d’Alexander Belenkiy, c’est ici.

D’autres photos de Sotchi désert sont aussi visibles ici.




De Shanghai à San Francisco en 120 minutes … par sous-marin?

25082014

 

De Shanghai à San Francisco en 120 minutes ... par sous-marin? submarinenavy

Des scientifiques chinois de l’institut de l’Institut de Technologie de Harbin développent actuellement un sous-marin supersonique qui pourra parcourir la distance entre Shanghai et San Francisco en moins de deux heures, rapporte le South China Morning Post. La technique sur laquelle ils travaillent permettrait à un engin sous-marin ou à une torpille de se déplacer dans l’eau à des vitesses extrêmement élevées.

 L’eau produit plus de frictions et de résistance que l’air, ce qui implique que les sous-marins conventionnels ne peuvent pas se déplacer aussi rapidement que les avions.

Toutefois, pendant la Guerre Froide, les Soviétiques ont développé une technologie appelée supercavitation, qui consiste à envelopper un engin sous-marin dans une bulle pour le soustraire aux frictions de l’eau. Ils ont mis au point une torpille basée sur ce principe, la Chkval, capable d’atteindre des vitesses d’au moins 370 km/h, autrement dit, bien plus rapide que les torpilles conventionnelles.

Théoriquement, les navires utilisant ce procédé de supercavitation devraient être capables d’atteindre la vitesse de 5 800 kilomètres par heure sous l’eau, c’est-à-dire la vitesse du son dans l’eau. Selon un rapport de l’Institut de Technologie de Californie publié en 2001, ils pourraient donc effectuer une traversée de l’Atlantique en moins d’une heure, et une traversée du Pacifique en environ 100 minutes.

supercavitation

Mais il faudra auparavant surmonter deux obstacles majeurs. D’abord, l’engin sous-marin devra être lancé à une vitesse de presque 100 km/h pour générer et maintenir la bulle d’air dont il doit être enveloppé.  De plus, il sera extrêmement difficile, voire impossible, de contrôler la direction du sous-marin avec des mécanismes conventionnels tels qu’un gouvernail, puisqu’ils seraient situés à l’intérieur la bulle, sans contact direct avec l’eau.

Ces limitations expliquent pourquoi cette technologie n’a été appliquée que sur des engins inhabités, tels que des torpilles uniquement capables de se déplacer en ligne droite.

Li Fengchen, le professeur d’ingénierie et de mécanique des fluides qui dirige ce projet, explique que l’équipe de chercheurs chinois a trouvé une parade pour contourner ces deux difficultés. par le recours à une membrane constituée d’un liquide spécial, dont l’engin s’aspergerait lui-même constamment sur sa surface.

Même à faible vitesse, cette membrane réduirait la résistance exercée par l’eau sur l’engin. Dès que celui-ci aurait atteint une vitesse de 75 km/h ou plus, il pourrait effectivement entrer en supercavitation. A ce moment, la membrane liquide à sa surface pourrait faciliter sa manœuvre, parce qu’il pourrait être possible de faire varier les niveaux de friction de l’eau sur cette membrane sur les différentes parties de l’engin.

Li explique qu’il sera également nécessaire de développer un puissant moteur pour missile sous-marin pour doter l’engin correspondant d’une portée adéquate. La torpille russe qui utilisait la technologie de la supercavitation n’offrait guère qu’une portée de 11 à 15 km.

Il faudra donc attendre plusieurs années avant la mise au point d’un tel sous-marin supersonique.

 

par Audrey Duperron pour l’Express.be




10 faits choquants sur les inégalités entre les Noirs et les Blancs aux Etats-Unis

25082014

par Audrey Duperron pour l’Express.be

Ces derniers jours, les Etats-Unis ont été ébranlés par de violentes manifestations dans la ville de Ferguson, dans l’État du Missouri. Les émeutes ont commencé quand un policier blanc a abattu un jeune noir non armé. La communauté noire de Ferguson, près de la ville de Saint-Louis, a vu dans ce drame un acte de racisme de la part de la police. Les autorités n’ont pas eu d’autre solution que d’imposer un couvre-feu et d’invoquer un état d’urgence.
Bien que les Etats-Unis ont pour la première fois de l’histoire envoyé un président noir à  la Maison Blanche, les tensions raciales du passé semblent avoir resurgi.

Le blog The Economic Collapse a réuni 10 faits choquants sur les inégalités entre les Noirs et les Blancs aux Etats-Unis :

1 Le taux de chômage des Noirs américains est plus du double que celui des Blancs américains depuis des décennies. En juillet 2014, le taux de chômage officiel des Blancs était de 5,3% contre 11,4% pour les Afro-Américains.

2 Une étude récente indique que le taux de sous-emploi des Afro-Américains est de 20,5%, alors qu’il n’est que de 11,8% pour les Blancs américains.

3 Une étude publiée en 2012 montre que le patrimoine d’un foyer blanc moyen est 22 fois plus élevé que celui du foyer noir moyen.

4 Les familles afro-américaines ne représentent que 13% de la population, mais on leur distribue plus de 26% des bons d’alimentation.

5 Une étude a révélé que 82% des étudiants blancs obtiennent un diplôme d’études secondaires, comparativement à seulement 63,5% des étudiants noirs.

6 Pew Research a révélé que l’écart de revenu entre les Américains blancs et noirs a augmenté de façon constante depuis la fin des années 60. La différence entre les revenus médians des Noirs et des Blancs est passé de 19 000 dollars en 1967 à environ 27 000 dollars en 2011 (calculé en dollars de 2012).

7 Aux États-Unis 12% des enfants blancs vivent dans des zones où se concentre la pauvreté, contre 45% des enfants noirs.

8 Selon le Bureau du recensement des États-Unis, 19,9% des enfants blancs vivent dans des familles monoparentales. Pour la population noire, ce pourcentage grimpe jusqu’à 52,1%.

9 Depuis 1960, le pourcentage d’adultes blancs mariés a chuté de 74% à 55%. La baisse est encore plus marquée pour les adultes noirs : de 61% à 31%.

10 Dans les prisons américaines, on trouve plus de six fois plus de détenus noirs que de blancs.







chleuheasy |
Entraide Maroc 2014 |
Mouvementdessarrasins |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Genre Recherche Education L...
| Chronique d'une idéaliste
| Bercantour