Brésil: Le barrage géant de Belo Monte sème le désarroi en Amazonie

26042014

Nous avions traité il y a quelque temps sur notre page « Culture et Développement » de notre site Web AMI/OIMC d’un autre Barrage hydroélectrique mais celui-ci situé au Congo « Le grand INGA » qui lui n’était pas un désastre écologique mais un désastre économique, la RDC n’ayant su tirer parti du potentiel socio-économique d’un projet pharaonique lancé sous la « Présidence Polémique » de MOBUTU Sese Seko qui aurait pu etre le fleuron d’un pays, la RDC, voir du continent Africain sans aucun problème écologique du fait de son implantation géographique .

Comme quoi d’un continent à l’autre les soucis écologiques n’ont pas les mêmes tenants et aboutissants. Vous pouvez lire sur notre site l’article consacré à celui-ci ,écrit par notre « Ami » Josué MUKALENGE Président de l’Association AMI/OIMC en suivant ce lien: http://www.association-ami.eu/cultures-et-developpement/

Nous mettons ici en partage un article très intéressant traitant du barrage Belo Monte au Brésil paru sur le site de l’AFP en 2012 .

Aujourd’hui parait un article traitant le même sujet sur le site du Monde .Fr dont nous vous proposons le lien  : http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/04/24/coup-de-machette-dans-l-eau_4406750_3222.html

 

BS

 

Mis à jour le 07.06.12 à 08h31

Au coeur de l’Amazonie brésilienne, une légion de 8.000 travailleurs et des centaines de camions et d’engins construisent le troisième plus grand barrage au monde, une oeuvre colossale qui provoque le désarroi des indiens sur les rives du fleuve Xingu.

Au moment où le Brésil s’apprête à accueillir fin juin le sommet de l’ONU Rio+20 sur le développement durable, la centrale hydroélectrique de Belo Monte, d’un coût de 13 milliards de dollars, est l’exemple des dilemmes de la sixième économie mondiale. D’un côté, le Brésil a réussi à réduire drastiquement la déforestation et affirme avoir la source énergétique la plus propre parmi les grandes économies. De l’autre, il a lancé de gigantesques projets d’infrastructure, dont des barrages et des routes en Amazonie, pour accompagner son développement.

Inondations

Belo Monte a gagné une notoriété mondiale avec la campagne menée contre le barrage par des célébrités comme le chanteur Sting et le réalisateur à succès de Titanic et d’Avatar, James Cameron. Le début des travaux, il y a un an, a fait exploser la ville d’Altamira, à 40 km du barrage, reliée au reste du pays par la Transamazonienne, cette route qui traverse de part en part l’Amazonie et n’est asphaltée que sur quelques kilomètres.

La population de 100.000 habitants a augmenté de 50%, les services de santé et d’éducation sont débordés, les coupures d’électricité de plus en plus fréquentes et le trafic chaotique, explique Vilmar Soares, coordinateur de Fort Xingu, une association regroupant commerçants, organisations de quartiers et les églises. Quelque 6.000 familles se préparent à abandonner leurs maisons qui seront inondées. Le consortium hydroélectrique et le gouvernement se sont engagés à financer le développement régional et des communautés indigènes, la construction d’écoles et d’hôpitaux.

Dans sept ans, Belo Monte produira 11.000 MW (près de 11% de la capacité installée du pays), de quoi alimenter 20 millions de foyers. Il sera le troisième plus grand barrage au monde après ceux des Trois Gorges en Chine et celui d’Itaipu, à la frontière du Brésil et du Paraguay. Il inondera 502 km2, doublant l’espace occupé aujourd’hui par le fleuve. Aucune terre indigène ne sera inondée, selon les autorités, mais les 2.000 indiens vivant dans la région du Xingu peuvent pâtir de la baisse du niveau du fleuve.

Assèchement du fleuve

«Nous vivons de la pêche et nous allons subir un assèchement bien plus grand du fleuve. On se sent très menacé», a dit à l’AFP Marino Felix Juruna, fils du chef de la communauté Paquiçamba, qui regroupe soixante familles de l’ethnie Juruna, à trois heures d’Altamira par barque rapide. En arrivant au village, sur une petite colline surplombant le fleuve, on est surpris de découvrir à côté de l’unique petite école, des antennes paraboliques flambant neuves et de nouvelles barques aux moteurs puissants, cadeaux de Norte Energia, le consortium public-privé chargé de la construction du barrage.

«Comme les indiens étaient les seuls à représenter une menace pour les travaux, on les achète avec des barques et des biens», dénonce José Cleanton, coordinateur du Conseil indigène missionnaire (Cimi) de l’Eglise catholique. En autorisant les travaux, l’Institut de l’Environnement et la Fondation de l’indien, deux organismes publics, ont assuré que le barrage assurera un débit d’eau suffisant pour maintenir les écosystèmes et les populations traditionnelles. Jusqu’à présent, tous les grands travaux en Amazonie ont provoqué de la déforestation. Certains, toutefois, estiment que, cette fois-ci, ils pourraient être positifs.

«La vie de ma famille s’est améliorée de 100%», explique Luci Cleide, une des mille femmes employées sur le site. Mais beaucoup craignent plus de dommages que de bienfaits. «Ils disent qu’il s’agit de grands travaux de développement mais cela n’a pas apporté plus d’argent à la population. Nous voulons nos rivières et la forêt», a déclaré Antonia Melo, un des principaux porte-parole du groupe Xingu Vivo, qui regroupe écologistes et habitants hostiles au barrage.

© 2012 AFP



Capitalisme

26042014

Pour faire suite à l’article sur le libéralisme voici celui sur la définition du capitalisme.

Le terme capitalisme vient du capital, et de l’état d’une personne accumulant des richesses. Il sera de plus en plus utilisé au 20e siècle par de nombreux économistes.

Rollins-Capitalism

Le capitalisme est très ancien : il remonte à la Renaissance, époque à laquelle les biens sont accumulés grâce à l’alliance d’une organisation du travail et de moyens de financement particuliers. Le système s’étendra très largement avec la révolution industrielle à partir des années 1790.

Le capitalisme comprend pour se réaliser l’intégration de différentes notions. Il sous-tend tout d’abord l’acceptation de la propriété privé. Cela entraine la poursuite par les individus de leurs propres intérêts, ce qui doit naturellement se réguler l’intérêt collectif. Ce système inclus que certains sont propriétaires de leurs outils de production tandis que d’autres sont salariés par ces derniers, ils vendent leur force de travail ; ils sont donc salariés.

Capitalism-II

On a donc d’une part les dominants, d’autre part les dominés rémunérés par un salaire. Le système fonctionne donc sur la base d’une recherche perpétuelle du profit.

Karl Marx parle de « mode de production capitaliste » qui consiste à poursuivre une logique d’accumulation des richesses. Il ne parle pas du capitalisme en lui-même.

karl_marx_v

La production de marchandises est croissante, et les vendre est une nécessité. Ce système engendre une nécessité pour les dominants d’accroitre la masse des travailleurs afin de cumuler toujours plus de richesse. Il faut donc l’étendre, c’est ce qui sera fait progressivement.

Le capitalisme évolue sans cesse, il est instable et c’est dans cette instabilité qu’il y trouve paradoxalement sa stabilité.

Selon Keynes, le capitalisme peut évoluer toujours favorablement en fonction des époques car il s’adapte grâce à la politique étatique.

 

BS




Libéralisme

26042014

Au vue des réorientations politiques de ces derniers mois ,il paraissait nécessaire de faire partager à tous quelques définitions philosophiques fondamentales quant aux notions employées pour définir l’orientation économique des nos société occidentales.

C’est en cela que nous mettons en lignes un petit historique de ces notions qui orientent les interactions de la vie des états et celles des citoyens.

Le libéralisme est une philosophie politique issue des Lumières, qui opte pour la liberté des individus et leur égalité, en réponse à l’absolutisme de la société française.

Le peuple est souverain, et c’est sa volonté qui régit tout. De ce courant libéral développé en Angleterre et en France aux XVII et XVIII siècles, naitront les démocraties que nous connaissons aujourd’hui.

En réponse à la monarchie de droit divin, les révolutionnaires souhaitent instaurer le pouvoir du peuple. C’est à lui que vont revenir les commandes de l’édiction des lois. On cherche alors à limiter le pouvoir étatique en établissant la célèbre séparation des pouvoirs, mais aussi à garantir aux hommes les libertés individuelles auxquelles ils avaient été privés jusqu’alors.

liberalisme-est-ensemble-valeurs-morales-non-une-ideologie_1_682636

Le courant libéral avec ses convictions relatives aux libertés individuelles apporte avec lui l’esprit individualiste des grands auteurs libéraux. Adam Smith et son « laisser-faire », ou encore sa « main invisible » conduit les hommes à ne rechercher que leurs propres intérêts, ce qui n’amène pas à des conséquences défavorables puisque la société libérale fonctionne justement de cette manière. Les intérêts égoïstes des hommes peuvent donc être poursuivis dans l’intérêt de tous.

Dans un Etat libéral, le libéralisme économique préconise une absence d’intrusion de l’Etat dans les affaires économiques. En ce sens, l’Etat est un Etat gendarme, il n’assure que les fonctions régaliennes pour assurer la stabilité de la structure.

L’Etat a pour tâche principale d’assurer la liberté des individus qui compose sa population. En effet, l’homme libre est celui qui va jouer le rôle pur de l’agent économique et agir en fonction de ses propres intérêts et ainsi réguler le marché. En fonction des Etats, le libéralisme est plus ou moins prononcé ; dans nos sociétés actuelles, nous avons ainsi pu constater l’intervention de l’Etat lors des crises économiques.

pic_liberalisme2 tokoh-liberalisme

 

Le libéralisme s’est progressivement installé dans nos sociétés. C’est notamment avec les Déclarations de droits qu’il va s’affirmer. En effet, la Déclaration Universelle des droits de l’homme de 1948 comme la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 est d’inspiration libérale puisque toutes deux prônent la liberté individuelle.

 

BS




Organiser un voyage de Mémoire vers AUSCHWITZ

18042014

Mon Ami Sewa, représentant de l’AJ-MF à Lille m’a proposé de faire connaitre au plus grand nombre la manière d’organiser un voyage de connaissance, une expérience dans le temps, un voyage dans la mémoire de tous comme l’a fait ce professeur Palestinien, je vous donne donc en partage les éléments si dessous :

Le voyage vers Auschwitzcomme vers tout autre camp — est un grand moment pour les personnes en faisant la démarche ou pour des élèves, malheureusement la visite du camp est souvent courte.

Il importe donc que les personnes, les élèves soient préparés à comprendre l’univers dans lequel ils vont entrer.

auschwitz-birkenauIMG_2564

 

Les bâtiments d’Auschwitz n’ont de sens que si nous les habillons, les habitons de nos représentations mentales de notre être.

Ces représentations sont en partie fantasmatiques. A nous, porteurs, accompagnateurs, enseignant de l’histoire, de les appuyer sur une information historique précise et non romancée.

Une autre forme de préparation consiste aussi à prendre un temps limité, pour consulter des sites de personnes, d’élèves ayant fait le voyage à Auschwitz :  » Vous allez voir ces baraquements, ces barbelés, ce musée, faire l’expérience que d’autres ont faite avant vous. Comment allez-vous habiter ces lieux ? Comment allez-vous vous imprégner de ces images, de ces silences, de ces cris étouffés parfois encore perceptibles par notre imaginaire ?   ».

img-thing

Un court débat peut suivre qui permet de se rendre compte de la manière dont les personnes, les élèves vivent la perspective de ce voyage, corriger des incompréhensions, faire s’exprimer des craintes…

Une visite commentée par d’autres ne remplace pas les commentaires qu’on peut soi-même élaborer.

gevangenen-auschwitz

Mais cette visite des sites réalisés par des personnes, des élèves peut être une introduction, une invite à construire du sens autour des bâtiments vides du camp à faire renaitre ceux dont les existences se sont arrêtées brusquement à cause de la folie des hommes.

Voici deux liens vous permettant si vous le souhaitez d’organiser une visite scolaire ou associative, voir personnel :

L’Amitié Judéo-Musulmane de France, association, Loi 1901, est créée en mars 2004, par le Rabbin Michel SERFATY, Professeur des Universités.

Au plan national, l’A.J-M.F. est co-présidée par Messieur le Rabbin Michel SERFATY, Professeur des Universités, et le Dr Dalil BOUBAKEUR, Recteur de la Mosquée de Paris, Président d’honneur de l’A.J-M.F.

La co-présidence est aussi requise pour les Sections locales.

La diversité, notre plus grande richesse, nos Missions,

Bâtir l’Amitié entre Juifs et Musulmans :

L’AJ-MF : Œuvre dans de nombreuses villes à la rencontre des populations.

L’AJ-MF : Propose d’organiser dans vos villes des colloques et des débats sur les thèmes du dialogue et du rapprochement

L’AJ-MF : Veut créer des liens dans les structures culturelles, entre juifs et musulmans.

Par un dialogue fraternel, pour une coopération active et amicale, pour promouvoir le rapprochement des juifs et des musulmans de France, favoriser l’entente cordiale et la compréhension mutuelle, pour mieux vivre ensemble.

« On se ressemble plus qu’il ne semble »

www.ajmf.org

Ou bien,

Document PDF regroupant les sites ou adresses, ainsi que la méthodologie d’organisation d’un tel voyage dans le domaine scolaire.

fichier pdf voyage_auschwitz

BS




Un Palestinien à Auschwitz

18042014

Il est intéressant de faire partager un article que ma transmis un ami, SEWA, pendant ces fêtes de Pessah (  Pâques juive ) et les fêtes de Pâques Chrétienne à venir, sur l’initiative d’un professeur Palestinien qui par le biais de la connaissance et de la culture œuvre dans le rapprochement des peuples.

Il démontre par son acte de transmission de la connaissance que la seule réponse à l’obscurantisme, à la négation, à la haine de l’autre est la culture. En effet ,elle n’efface pas celle de l’autre mais apporte les éléments constructifs d’une pensée juste, d’une compréhension de l’autre face à son histoire ,face à notre histoire.

En ces temps mouvementés qu’elle bel apport à la culture, l’altruisme, à l’interculturalité.

C’est grâce à ce genre d’initiative que les peuples pourront se rapprocher car comprendre l’autre c’est se comprendre soit même.

 

BS

 

Bravant les tabous, l’universitaire Mohammed Al-Dajani a visité le camp d’extermination avec un groupe d’étudiants palestiniens. A Jérusalem, l’initiative suscite un tollé.

  • ELAPH
  • | LAMIS FARHAT
  • 16 AVRIL 2014
  • | PARTAGER :

auschwitz-birkenau

Le professeur Mohammed Al-Dajani, de l’université [palestinienne] Al-Qods de Jérusalem, a voulu initier ses étudiants à la tolérance. Il ne se doutait pas que cela allait lui valoir l’accusation d’être un traître, un agent de l’étranger et un renégat.

Dajani a emmené un groupe d’étudiants palestiniens dans le plus grand camp d’extermination nazi, à savoir Auschwitz-Birkenau, en Pologne. Ils y ont passé plusieurs jours, avec un guide juif, lui-même rescapé de l’Holocauste.

Fruit d’une collaboration entre l’université Al-Qods et l’université Friedrich-Schiller d’Iena, ce voyage devait “sensibiliser aux souffrances de l’autre” et “former la conscience historique des étudiants”, selon l’expression de Dajani. Or, à son retour à Jérusalem, ses collègues ont accusé Dajani d’être un traître et son université s’est désolidarisée de son initiative. A en croire celle-ci, il s’agissait d’une initiative personnelle du professeur, puisqu’il avait posé des congés : la préparation du voyage s’est donc déroulée hors du cadre de travail.

D’Auschwitz à la Nakba

“Je pensais que quelques personnes allaient exprimer leur mécontentement, puis qu’on allait passer à autre chose, explique Dajani. Or la polémique a enflé. On a évoqué un supposé financement du voyage par des organisations juives alors qu’il a été entièrement pris en charge par le gouvernement allemand.” Le professeur Dajani s’est vu objecter qu’il aurait mieux fait de parler à ses étudiants de la Nakba [la “catastrophe”], c’est-à-dire de la guerre arabo-israélienne qui s’est soldée par l’exode de centaines de milliers de Palestiniens et par la création de l’Etat d’Israël.

auschw4

A l’inverse, pour le quotidien israélien Ha’Aretz, Dajani a été “courageux”. “Il revendique son nationalisme palestinien, mais il est convaincu que les Palestiniens doivent connaître l’histoire et savoir d’où viennent les Israéliens.”

Empathie avec ceux qui se sont fait tuer

Certains Palestiniens ont accusé le professeur de vouloir soumettre ses étudiants à un lavage de cerveau. Mais l’un des étudiants présents a expliqué que ce voyage a suscité parmi eux des sentiments “d’un grand humanisme”. « Nous nous sommes sentis en empathie avec ces gens qui se sont faits tuer à cause de leur origine ethnique ou religieuse, raconte-t-il. Et cela ne nous empêche pas de revendiquer un Etat palestinien. »

Dajani avait déjà participé à une visite d’Auschwitz en 2011 avec un groupe rassemblant des juifs, des musulmans et des chrétiens. Il avait ensuite publié un article intitulé “Pourquoi il faut que les Palestiniens lisent davantage sur l’Holocauste”. Il est également l’auteur de la première présentation objective en langue arabe de l’extermination des Juifs, dont il espère qu’elle sera reproduite dans les manuels scolaires palestiniens.

AUSCHWITZ LIBERATION ANNIVERSARY

“L’empathie avec l’autre peut aider à la réconciliation. J’espère que les Palestiniens réussiront à dépasser les pressions sociales qui veulent les empêcher d’ouvrir les yeux sur des choses qu’ils ignorent”, explique-t-il.

Dans un communiqué publié début avril, il avait écrit : “J’irai à Ramallah et je me rendrai à l’université. Je mettrai des photos du voyage sur Facebook. Je ne regrette pas une seconde ce que j’ai fait. Nous le referons si nous en avons la possibilité.” Et d’ajouter : “Je ne me cacherai pas et je ne resterai pas les bras ballants devant les souffrances des victimes.”

 




A Hénin-Beaumont, la Ligue des droits de l’homme est persona non grata..

17042014

Steeve Briois, nouveau maire Front national de la ville du Pas-de-Calais, prive l’association de son local et de ses subventions, jugés « illégaux ». L’opposition dénonce une « chasse aux sorcières ». »Votez le 23 mars pour barrer la route au FN ». C’est ce tract, diffusé avant le premier tour des élections municipales par la Ligue des droits de l’homme de Hénin-Beaumont, qui a coûté à l’association son local et sa subvention. Depuis plusieurs années, l’association se faisait prêter gratuitement un local municipal, et bénéficiait de 300 euros de subventions annuelles. Un soutien jugé « illégal » par Steeve Briois, nouveau Maire d’Hénin Beaumont.

 

Nous pouvons constater une nouvelle fois la perspicacité des élus frontistes et au degré de formation intellectuelle de ceux-ci qui déterminent une nouvelle fois que les économies des dérivent budgétaires locales passées sont dues en partie aux subventions attribuées aux associations.
De plus il serait urgent que les élus frontistes consultent les définitions sémiologiques et étymologiques des mots  » Politique » ,  » Démocratie « , « Altérité », et « Altruisme ».
Même une Association Sportive est une Association « politique » car elle applique « la Politique de la ligue », qui elle applique celle de la Fédération qu’elle représente.
C’est pour et en cela que l’Association AMI LOGO AMI FINAL (2013_10_27 10_22_21 UTC)soutient pleinement nos « Amis » de la ligue des droits de l’homme d’Hénin Beaumont face à cette chasse aux sorcières d’un autre âge fomentée sur le bucher des vanités d’un élu local devant représenter la cohésion et le rassemblement des habitants de toutes opinions et origines qu’il est sensé administrer.

thA6LY7EG3

C’est aussi en cela que nous donnons accés par ce lien à la réponses de la ligue des droits de l’homme face à la décision d’un homme:fichier pdf Communiqués LDH 2014 04 12
BS



La culture mondialisée en question ?

17042014

Depuis une vingtaine d’années l’essor des moyens de communications, l’information, l’internet, les réseaux sociaux ont permis une diffusion majeure et rapide de la culture, de fait celle-ci s’est peu à peu diluée dans un paysage médiatique pour finalement devenir quelque chose de banal, un objet matériel, à défaut de l’immatérialité naturelle de celle-ci. De facto la culture occidentale s’est imposée comme pensée unique à une large partie du monde.

culture-numérique

Les cultures régionales autrefois prépondérantes notamment en France et en Europe s’épuisent, et les coutumes qui s’y rapportaient également au profit d’une approche économique du fait culturel comme il est défini aux états unis et par extension dans les sociétés capitaliste ayant évoluée dans cette approche grâce à la prédominance de la culture américaine exportée dans le monde après le second conflit mondiale.

Aujourd’hui, l’OMC, et avec elle l’approche anglo-saxonne, considère que les produits culturels ne sont que des marchandises, au même titre que n’importe quel produit.

Il faut donc vendre, écouler des stocks. La culture n’est plus qu’un produit comme un autre et les créateurs ne sont plus libres. Les artistes se voient limités dans leur création, dans l’espace qu’on leur offre aussi, puisqu’il s’agit de vendre. Aussi, les médias montrent ce qu’est la culture, et limitent ainsi toute forme non stéréotypée de ce qui ne fait pas partie de ces considérations socioculturelles et économiques.

InnovativeCulture_1

La communication et l’effritement de la culture par la mondialisation a ainsi conduit à construire une culture mondiale fondée sur le gain économique, à la marchandisation de celle-ci, au détriment des autres ou du fait culturel gratuit. Mais ceci est quand même à nuancer. Si la notion de mondialisation de la culture peut paraitre opportune à utiliser aujourd’hui, elle ne peut être considérée comme entièrement vraie.

De nombreux pays du monde ne sont pas concernés par cette vague, et continuent à entretenir leurs propres cultures ; c’est essentiellement le cas des pays en développement ou dit émergeants.

Aussi, la culture s’effrite d’un côté mais émerge d’un autre. De grands artistes continuent à s’affirmer à l’échelle mondiale ou même locale.Mais ce que l’on appelle la culture mondiale apporte aussi ses avantages tels que des idées communes, ou encore une volonté de se rassembler. Elle permet aussi d’échanger et de comprendre les autres populations. Enfin, la culture des pays reste importante puisque nombre d’entre eux voient émerger une culture nouvelle qui s’installe aux côté du géant américain.

Culture_by_AagaardDS

Les Etats-Unis auparavant quasi-seuls sur le marché ne le sont désormais plus ; l’Europe met ainsi notamment en avant sa culture cinématographique, la France sont exception culturelle et l’Asie quant à elle dévoile ses nouveaux artistes parfois connus dans le monde entier.

world-day-for-cultural-diversity

La culture a donc un bel avenir devant elle, le monde devient interculturel, l’homme s’humanise t’ il enfin ?

 

BS




FRANCOPHONIE : BERTRAND DELANOE SERAIT LE PROCHAIN PATRON DE L’OIF

13042014

Messieurs les politiques veuillez laisser le Parachutisme aux Parachutistes !!!

Avant l’opération commando d’exfiltration du PS  d’Harlem DESIR et à son parachutage  au secrétariat des Affaires Européennes, une autre personnalité Politique s’adonnait aux joies du parachutisme : « Bertrand DELANOE ex Maire de Paris ».

En effet voici un article qui suit fort intéressant et qui nous démontre une nouvelle fois comme il est facile de nos jours de recaser de vieux dirigeants politiques dans des institutions qui auraient plus besoin d’une gouvernance de sang neuf que de personnalités fatiguées pour les diriger.

Quand enfin nos politiques prendront conscience que c’est ce genres de comportement, de chaises musicales qui font décroitre leur crédibilité, leur légitimité ?

Il va de soit que le parachutisme est un sport National pratiqué de manière trés professionnelle à droite comme à gauche, sans distinctions particulières et de plus, il peut être pratiqué par les femmes comme par les hommes.

Laissez les jeunes loups de la politique se faire les dents dans de telles institutions cela leur permettra de présenter un bilan de  » Compétence  » avant que la population ne leur octroie un chèque de gouvernance.

BS

L’article qui suit est paru sur Médiapart le 25 Mars 2014

25 mars 2014 ‘     Par ROGER BONGOS

 

Bertrand-Delanoe_pics_390

 

L’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF),  une institution dont les membres (des États ou gouvernements participants) partagent ou ont en commun la langue française et certaines valeurs (comme, notamment, la diversité culturelle, la paix, la gouvernance démocratique, la consolidation de l’État de droit, la protection de l’environnement).

Le Maire sortant de la ville de Paris, Bertrand Delanoë , pressenti, le prochain patron de la francophonie(Organisation internationale de la francophonie) en remplacement d’ Abdou DIOUF, dont son mandat arrive à son terme. La France présentera la candidature de Bertrand DELANOE, Maire sortant de Paris, qui a plus de chance que d’autres candidats qui s’alignent sur ce poste de prestige dont la France a une certaine influence. Quelle est votre impression sur cette nouvelle qui n’est pas encore officielle, mais cristallise les conversations dans des salons feutrés des plusieurs chancelleries…

Roger BONGOS pour Médiapart

Article mis en partage par BS est paru sur Médiapart le 25 Mars 2014




Micro-Etats, villes flottantes : le projet fou des nouveaux maîtres du monde

13042014

Article très intéressant du Nouvel Observateur faisant renaitre le mythe de l’obsession humaine quant au devenir de l’homme, de la création d’un nouveau monde, d’une nouvelle politique, d’une nouvelle pensée, voir l’utopie prenant sur le pas sur le rationalisme, sur la culture…L’ article qui suit a été rédigé pour le Nouvel Obs par:

Les géants de la Silicon Valley imaginent des territoires off-shore pour y instaurer une société à leur image : riche, technologique et libertarienne. Au péril de la démocratie ?

 

Projet de ville flottante libertarienne. (Marko Jarvela/SeaSteading/REX/SIPA)
Projet de ville flottante libertarienne. (Marko Jarvela/SeaSteading/REX/SIPA)

Ils ont déstabilisé des industries entières, amassé des milliards, maîtrisé vos données et s’immiscent de manière de plus en plus intime dans votre vie quotidienne… Mais les seigneurs de la Silicon Valley voient encore plus loin : ils imaginent à présent de créer des « pays » à eux, des communautés offshore, où la technologie règne en maître. Leur projet fétiche ?

Une myriade de cités marines, ne dépendant d’aucun gouvernement souverain. Dans ces villes flottantes modulaires, on ne paierait pas d’impôts, on réglerait ses factures en bitcoins, on ne consommerait que de l’énergie verte, on apprendrait en ligne, on serait livré par drone et soigné à coups de thérapie génomique…

Délirant ? Non : face à la faillite des économies occidentales, les fondateurs et dirigeants de Google, Facebook, Amazon ou Apple et leurs financiers californiens pensent qu’ils feraient mieux que les politiques.

Persuadés d’être les nouveaux maîtres du monde, les oligarques de la technologie jugent les gouvernements de la planète incapables de suivre le rythme de leurs innovations « de rupture ». Ils rêvent de s’émanciper des lois qui s’appliquent au commun des mortels. Et expriment, parfois, des velléités ­sécessionnistes. Au péril de la démocratie ?

 

BS vous conseille de lire dés à présent l’intégralité de cette article sur Le Nouvel Observateur cet article :

http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/20140408.OBS3079/micro-etats-villes-flottantes-le-projet-fou-des-nouveaux-maitres-du-monde.html

 

Le Nouvel Observateur

http://tempsreel.nouvelobs.com/

 




DROITS de l’HOMME

9042014

La France, «pays des droits de l’homme », a comme beaucoup d’autres pays multiplié les actions de lutte pour les droits de l’homme. Les grandes démocraties prônent ces droits depuis très longtemps ; il est donc intéressant de revenir sur cette progression.

DROITS de l'HOMME affiche-droi4be6-ccf25thPONNEA2D

Du droit naturel au droit positif Aristote considérait que le droit naturel était inscrit dans la nature même de l’homme, vivant dans l’ordre naturel, qu’il lui suffisait de le découvrir. Il existe donc une loi naturelle qui permet à l’homme de vivre dans la cité ; les hommes sont des « animaux politiques », qui naturellement sont faits pour vivre dans la Cité.

Si cette conception sera reprise par Saint Thomas d’Aquin bien plus tard, il n’en est pas moins qu’à ce droit naturel s’opposera le droit positif.

Dès l’Antiquité, on montre la dualité qu’il existe entre le droit naturel et le droit positif. Dans Antigone, Sophocle montre la « mort misérable » qui attend Polynice si Antigone passe outre la sentence prononcée par le roi de Thèbes.

Antigone en appelle, en souhaitant enfreindre l’interdiction du roi,« aux lois non écrites, inébranlables,des dieux ! ».

Le droit positif des Modernes va néanmoins progressivement s’affirmer et se substituer au droit naturel des Anciens.

Le droit positif se fonde sur les lois établies par un Etat, que le peuple doit respecter.

Les Modernes considèrent que le droit naturel a besoin du droit positif pour exister ; il y a bien un droit de nature et une loi de nature, qui donne des obligations aux hommes, mais ce droit et ces lois s’exercent dans un état de guerre perpétuel. L’état naturel des hommes selon Hobbes oblige donc les hommes à passer par un contrat social au profit d’un souverain pour éviter l’état de guerre universel. Le droit positif est alors nécessaire pour sauver les hommes……

 

Lire la suite sur notre site Web: http://www.association-ami.eu/services/droits-de-lhomme/

 

Cet article a un but militant, faire comprendre aux extrémistes de tout bord ce qu’ont voulu construire nos prédécesseurs afin d’humaniser un peu plus l’homme. Ces droits fondamentaux sont une revendication politique face à l’obscurantisme des extrêmes de toutes origines.

Ils sont le socle même de l’altruisme.

BS







chleuheasy |
Entraide Maroc 2014 |
Mouvementdessarrasins |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Genre Recherche Education L...
| Chronique d'une idéaliste
| Bercantour